13-02-2006

#4

Il longe les murs, à l’affût et l’arme tendue.Les murs sont sales, il enjambe des plaques de bois qui servaient de cloisons, il longe les semblant de reste de couloir. Certaines portes son cloisonées de planchettes et débris.ll y a des portes à droite et à gauche et le couloir semble incroyablement long, ce n’est pas un petit immeuble, des gens sans doute fortunés vivaient la dedans avant de partir avec tous l’argent de la ville.Il vient juste de dépasser la cinquième porte quand il entend un bruit. Il s’arrête de marcher, un... [Lire la suite]
Posté par Rillao à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08-02-2006

#3

Il s’habille. Il change de peau.Chemise blanche, pantalon noir. Il enfile sa longue veste noire au col chinois. Il prend le Colt sous son oreiller. Il le regarde quelques secondes, c’était l’arme que son frère avait utilisé, il la garde pour se souvenir. Pour avoir de la haine dès qu’il appuyait sur la gâchette. Oni soupir et le range dans le fourreau à sa ceinture. Puis, il pris une petite boucle d’oreille, un clou pas si simple que ça car il suffisait d’une préssion du doigt et un message était immédiatemment envoyé à As et... [Lire la suite]
Posté par Rillao à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08-02-2006

#2

Le petit matin éclaire doucement la maison en ruine. Les trois compères étaient installés ici depuis deux mois, un petit record en soit. D’habitude, ils ne restaient que deux semaines voir un mois au même endroit. C’était calme, trop calme.Oni est assis sur une chaise. Torse nu, le visage eclairé par la lumière crue du soleil levant, il regarde dehors. Un an. Un an qu’elle est morte. Un an. Mais il a toujours l’impression que c’était hier, il ne s’en sortira jamais.Il enfuit sa tête dans ses mains. Il se sent si vide, il ne sait... [Lire la suite]
Posté par Rillao à 14:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
07-02-2006

#1

Il a les mains attachées dans le dos, à genoux par terre. L’homme qui le tient au sol est un ami, pardon, était un ami. Maintenant, il le menace d’un automatique sur la tempe.Elle est debout devant, fiere, à regarder le père de l’homme à genoux. Oni sent le canon de l’arme se planter un peu plus dans son crâne. Elle dit des mots, lui ne comprend pas tout, il est sonné.“ Maître, c’est de ma faut s’il a agît ainsi. Tue moi à ça place. “Le monde devient moin floue, les traîts des personnages deviennent plus net. Son père, le... [Lire la suite]
Posté par Rillao à 22:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]